Weekendesk
🇫🇷 Sélection d'offres dans le respect du protocole sanitaire**
📅 Annulation gratuite jusqu'à 48h avant votre départ**
✅ Réservez maintenant et payer en plusieurs fois**

Pour un week-end 100% « passion cheval »

16 octobre 20182 min de lecture
Le Salon du Cheval

Le Salon du Cheval a lieu du 24 novembre au 02 décembre à Paris. Mais dans le reste de la France, c’est toute l’année que vous pourrez apprécier les braves équidés ! Spectacles équestres, haras exceptionnels ou balades au milieu des chevaux sauvages : voici 5 idées de week-end pour réveiller ses instincts de cavalier. 

Se plonger dans les plus grandes écuries d’Europe

Si le domaine de Chantilly vaut le détour pour sa forêt et son château, il ne faut pas manquer ses écuries : construites au 18e siècle, ce sont les plus grandes d’Europe !  Ici les chevaux disposent de leur propre musée, de leur haute-école privée et participent à des spectacles reconnus dans le monde entier. Chic.  

Galoper dans les forêts de pin d’Oléron

Forcément ultra-instagramable, quoiqu’un peu cliché, un selfie équestre sur une île déserte vous fait rêver. Ça tombe bien, l’Île d’Oléron propose des balades à cheval pour découvrir ses forêts de pins, ses marais peuplés de cigognes et son océan à perte de vue. Au galop.

Admirer des acrobaties équestres au Haras national du Pin

Pensé par Louis XIV en 1715 pour être le « Versailles du cheval », le haras du Roi soleil est nationalisé après la Révolution de 1789. Ça, c’est pour le point Histoire. Mais si l’on vient aujourd’hui dans ce coin de Normandie, c’est pour sa jumenterie, son hippodrome et ses spectacles – le grand Bartabas est d’ailleurs un habitué… 

Trotter au cœur de la Camargue sauvage

Entre les prairies et marais de l’embouchure du Rhône, les chevaux sauvages vivent la vie de bohème. Les littéraires pourront retrouver leur histoire dans Crin Blanc, mais les plus aventureux pourront enfourcher des montures domestiquées pour partir à leur rencontre. Un peu comme dans un vieux clip de Joe Dassin 

Déjeuner au Haras de Strasbourg

Cet ancien haras national, classé monument historique, ne sent plus le crottin depuis 2003. Mais si les chevaux ont déserté, ils n’ont pas été remplacés par une boucherie chevaline (quand même). Mieux que ça : le chef alsacien trois étoiles Marc Haeberlin y a planté le décor d’une brasserie somptueuse et accessible. Grand miam.